L’Orphelinat Le Vigneron

L’orphelinat « le Vigneron » de l’ONG JADAH (Jeunesse en Action pour le Développement et l’Aide Humanitaire) compte à ce jour une trentaine d’enfants âgés de 3 à 18 ans, orphelins de père et/ou de mère, qui sont scolarisés et pris en charge par l’ONG.

Pour quelques-uns de ces enfants, ils sont logés dans l’orphelinat Vigneron, les autres sont placés dans des familles d’accueil en raison du manque de dortoirs. Malgré tout, ces derniers sont suivis par l’orphelinat Vigneron sur le plan sanitaire, sécuritaire, alimentaire et éducatif.

Pour continuer d’assurer le bien être des enfants, l’ONG JADAH a développé des projets d’autofinancement. Une mercerie a été mise en place dans le but que ses recettes permettent de financer les frais liés à l’éducation et la vie quotidienne des enfants. Cette mercerie contribue également à former les jeunes au métier de couturier.

D’autres projets liés à la santé  sont actuellement en attente de financement.

Historique

En 2011, EDOH Kokou Pierre, un kinésithérapeute qui pratique à Lomé, fait une rencontre bouleversante. Une dame assise par terre attire son attention, elle lui raconte son histoire : un mari décédé durant sa grossesse, son entourage qui la délaisse, l’accusant à tord d’avoir causé la mort de son mari, et son bébé malade qui ne peut être sauvé à cause d’un manque de moyens. Touché par cette histoire, Pierre lui promet d’aider le petit Dominique, qui sera alors soigné et guérit.

Suite à cette histoire, Pierre décide de s’investir dans l’aide aux plus démunis, d’abord en tant que simple volontaire, puis en s’investissant dans l’ONG Jadah (Jeunesse en Action pour le Développement de l’Aide Humanitaire). Grâce à l’appui de cette structure, un orphelinat va voir le jour dans le canton de Kpomé. En raison d’une exploitation de phosphate à proximité, les habitants de ce canton sont obligés de quitter leurs habitations, et de nombreux enfants y sont abandonnés à cause de l’extrême pauvreté. C’est suite à ce drame que l’orphelinat « Le Vigneron » voit le jour.

Un Noël à l’orphelinat Vigneron